Malvoyant
  • twitter
  • youtube
  • rss
  • imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Augmenter la taille des caractères
  • Diminuer la taille des caractères
  • Plan du site
  • Contact

LIEUX TOURISTIQUES


Le Centre hydrothermal de remise en forme
31 Rue de Benken

L’église de Neuwiller : en 1281, il existait déjà à Neuwiller un sanctuaire, donc un lieu de prière. Des fouilles auraient peut-être même pu, lors des rénovations importantes, permettre de dégager des restes d’un lieu de culte datant du 6e siècle.( PB Munch - DN du 22.07.01).

En 1302, le « Liber marcarum » de l’évêque Friedrich zu Rhein, cite l’église de Neuwiller, « Ecclesia Nuwilr », qu’il situe dans le décanat (doyenné) bâlois du Leimental.

En 1648 il y avait à Neuwiller une chapelle. Tout en faisant partie de la France, la Paroisse se trouvait rattachée du point de vue ecclésiastique à celle d’Oberwil, dont elle était une filiale, administrée parfois par un vicaire. Le Curé d’Oberwil y célébrait une messe chaque troisième dimanche du mois. L’ alliance cordiale entre les deux paroisses subsistera jusqu‘après la révolution.

La Paroisse d’Oberwil tenait alors les Registres de l’état civil de Neuwiller, à savoir ceux des baptêmes (Taufbuch), des mariages (Hochzeitenbuch, des décès (Totenbuch) et des confirmations (Firmbuch). Ce n’est qu’à partir de 1781 que la Paroisse de Neuwiller tint ses propres registres, dont malheureusement plusieurs semblent avoir disparu.

L’église actuelle porte la date de 1783, inscrite au-dessus du portail d’entrée. Le baptistère, qui s‘y trouvait et qui a récemment disparu, portait la date de 1756, et se trouvait donc dans la précédente église.

L’année 1784 est inscrite sur la croix du mur arrière de la sacristie avec la représentation de St-Jean Nepomucène de Prague. Les Registres épiscopaux de l’Evêché de Bâle nous apprennent que les patrons de l’ancien sanctuaire étaient St-Jean-Baptiste et St-Jacques. Mais la nouvelle église se choisira une protectrice, femme martyre, Ste-Marguerite.