Malvoyant
  • twitter
  • youtube
  • rss
  • imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Augmenter la taille des caractères
  • Diminuer la taille des caractères
  • Plan du site
  • Contact

Présentation

 
Blottie dans un vallon des premiers contreforts du Jura, adossée à la colline du Wessenberg, Liebenswiller est la plus petite commune du canton de Huningue.
 
Elle a des frontières communes avec les villages de Rodersdorf (commune suisse), Oltingue, Bettlach, Hagenthal-le-Haut et Leymen.
 
C’est un petit village dont la forêt occupe 50 % du ban communal, entouré de terres agricoles, de vergers et de prés et qui possède un patrimoine bâti digne d’intérêt.
 
Au fil du temps, Liebenswiller a surtout su garder son identité de village rural traditionnel et se préserver de l’industrialisation et de ses conséquences. C’est ce qui en fait son charme et lui permet d’offrir un cadre de vie exceptionnel. Liebenswiller est un village où il fait bon vivre.


Historique 

 
La localité apparaît dans les Textes sous le nom de " Diebertswiller ", notamment en 829 date à laquelle le comte Gérold donne cette localité à l'abbaye de Murbach. Entre Leymen et Liebenswiller se trouvait, d'après les recherches du professeur Specklin, un ensemble gallo-romain, composée de fermes, ou " villa " en latin, d'où le suffixe Willer.
 
Quant au préfixe " Lieben ", on en devine aisément l'origine en faisant connaissance des habitants de la commune.
 
Liebenswiller semble être une création de la civilisation hybride mi-germanique mi-romane.
 
Fief du comté de Ferrette, le village devient fief autrichien, par le mariage entre l’héritière des Ferrette et le duc Albert d’Autriche en 1324.
 
De 1478 jusqu’à la Révolution, les Wessenberg y exercent les droits seigneuriaux. La paroisse est une filiale de Rodersdorf jusqu’à la Révolution ; autonome ensuite, elle devient en 1808, filiale de Leymen et à nouveau autonome à partir de 1847.

Durant la Seconde Guerre Mondiale , la population est évacuée le 1er septembre 1939 à Pontenx-les-Forges dans les Landes. La commune est libérée le 19 novembre 1944.