Malvoyant
  • twitter
  • youtube
  • rss
  • imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Augmenter la taille des caractères
  • Diminuer la taille des caractères
  • Plan du site
  • Contact

Présentation de la commune / Historique :

Situé sur la frange orientale du Sundgau, à l’écart des grands axes de circulation, le paisible village de Wentzwiller se cache dans l’étroit vallon boisé de « l’Altenbach » appelé également le Münchenbach.

Niché dans une cuvette seule ouverte vers l’est, c’est-à-dire vers Buschwiller, le village est flanqué au nord, au sud et à l’ouest, des dernières collines jurassiennes, dont l’altitude varie de 340 mètres dans la localité elle-même, à 373 m vers le nord, au lieu dit « Belle-Vue », 383 mètres vers Schoenenbuch et plus de 400 mètres vers Folgensbourg.

Sis au centre du territoire de la Communauté de Communes, Wentzwiller se situe à 3 Km de la frontière suisse et à 10 Km de la frontière allemande.

Le village est mentionné pour la première fois en 1144 dans la confirmation, par le pape Lucien II, des possessions du prieuré de Michelbach-le-Haut sous le nom de «Werneswire ». Cependant, il est quasiment acquis que Wentzwiller est une création franque (fin VIème ou VIIème siècle). L’origine du nom serait à rechercher dans le radical «Winne» qui signifiait pâturage... Pour d’autres, le suffixe willer (dérivant du mot latin «villare» qui signifie le «domaine rural»), ajouté au nom d’un aristocrate franc, évoque la civilisation mi-germanique, mi-romaine. Ainsi, Wentzwiller aurait été la propriété d’un certain Wend ou Wendo.

Au moyen âge, le village faisait partie du comté de Ferrette, puis il passa, à partir de 1324, aux Habsbourg. Le village est alors tenu en fief par la famille de petite noblesse de Wentzwiller, puis aux Truchsess de Rheinfelden au XVIème siècle, et enfin aux seigneurs de Rotberg jusqu’à la Révolution de 1789.

Comme ailleurs dans le Sundgau, de nombreux couvents bâlois, comme ceux de Sainte Claire, Saint Pierre, Saint-Léonard, de Klingenthal, des Johannites, du Steinenkloster,... possédaient des propriétés foncières et des droits divers à Wentzwiller.

Les gens de Wentzwiller sont surnommés les « Deckel drübe » (couvercle par-dessus) ou plus couramment les «Heila» (les hiboux).

Son patrimoine, pour ne citer que les plus importants :

L’église avec son clocher à colombages dédiée à Saint-Martin est unique dans la région. Ce sanctuaire a pris place sur une terrasse située au centre du village. La date de sa construction n’est pas connue avec certitude. Pour certains auteurs, l’église a été construite en 1739 et 1747, comme le signale le Registre de la Prévôté de Saint-Apollinaire (Michelbach-le-Haut). D’autres, avancent que le choeur actuel de l’église était à l’origine une chapelle, la nef étant ajoutée plus tard. Un projet plus ambitieux, daté de 1765 et signé par l’architecte Chassain, conservé aux Archives du Haut-Rhin (à Colmar), n’a point été retenu.

L’église a été entièrement rénovée dans les années 1980 avec le concours de la Municipalité, le Conseil de Fabrique et les Sociétés Réunies.

Devant l’église, on peut admirer un très vieux tilleul, peut-être l’arbre de la Liberté de 1789 ou 1848?

À Wentzwiller, les fermes qui forment autour du sanctuaire le noyau du village, ont été érigées dans les années 1840/1850, taisant dans l’ensemble honneur au savoir-faire des charpentiers locaux.

Nous savons qu’à la fin de l’ancien régime, Wentzwiller comptait deux moulins à blé, le moulin du haut et le moulin du bas établis sur le « Münchenbach » et dont il ne reste que peu de vestiges.

Rien ne laisse plus soupçonner que le long bâtiment d’habitation à colombages, sis 1 rue des Prés, puisse être l’Oberemûhle. Ce moulin a dû fermer ses portes au lendemain du premier conflit mondial. Le mécanisme ainsi que la roue en bois ont disparu.

Au 14 rue de Buschwiller se trouve, en contrebas de la route de Saint-Louis, l’ancien moulin du bas.

L’exploitation de ce moulin s’arrêta irrémédiablement avec le dynamitage du bief lors de la débâcle des troupes françaises en 1940.

Dans le registre de son patrimoine, les Wentzwillerois attachent également une grande importance à leur oratoire des Trois Vierges.

En ce lieu de pèlerinage isolé dans la forêt dite « Langen Holz », entre Wentzwiller et Folgensbourg, se trouve implanté l’édicule moderne en ciment présentant un toit à deux versants avec un petit campanile.

Une inscription est placée sur le linteau antérieur: «ANNO DOMINI 1955», indiquant la date de son installation.

L’édicule abrite trois sépultures, une statue de la Sainte Vierge et une croix avec un Christ en fonte.

La tradition ne connaît pas les noms de ces trois saintes, qu’on a tenté d’identifier avec les Saintes Einbeth, Wilbeth et Worbets, les compagnes de Sainte Aurélie vénérées à Strasbourg et en Suisse.

D’après la légende, les trois compagnes se seraient réfugiées dans ce bois et auraient été assassinées par les Huns.

Après avoir transporté les reliques au cimetière de Wentzwiller, une pluie diluvienne ne cessait de tomber, remises en place, la pluie s’arrêta aussitôt.

Aujourd’hui encore, ce pèlerinage est très fréquenté, surtout par les futures mamans. Le sanctuaire a été entièrement rénové en 1988 grâce à la générosité des associations locales. En 1998, les paroisses de Wentzwiller, Folgensbourg, Knoeringue et Buschwiller ont aménagé un chemin de croix sur le chemin qui mène à ce lieu.

Comme la plupart des communes de cette région, le village de Wentzwiller a beaucoup souffert durant la seconde guerre mondiale où la population a été évacuée dans les Landes et répartie sur plusieurs communes, soit à Luxey, Donzacq, Escalans et Cabaret.

En revenant, les habitants ont retrouvé avec beaucoup de désolation un village pillé et saccagé par les occupants

Le village fut enfin libéré de l’occupation allemande le 23 novembre 1945.

Après cet exode, Wentzwiller évoluera dans le sens général de toutes les communes environnantes en restant toutefois une commune rurale mixte

Wentzwiller compte aujourd’hui 559 habitants (recensement 1999).

Sa superficie est de 478 ha répartis en 90 ha de forêt et zone naturelle, 296 ha de prairie et terre de culture, 41 ha en zone urbaine et 44 ha de golf.

Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, la plus grande partie du golf, appelé plus communément Golf de Hagenthal, se situe sur le ban communal de Wentzwiller.

Comme dans la plus grande partie des villages de cette région frontalière, le nombre d’agriculteurs a énormément régressé, de 20 exploitations agricoles, il en reste aujourd’hui 6.

La plus grande partie de la population active est employée essentiellement à Bâle et sa région, environ 60%, le restant dans les zones d’activités de Saint-Louis, Huningue et Hésingue, mais également à l’aéroport de Bâle-Mulhouse situé à 7 Km de notre village.

Le réseau d’eau potable, dont les sources se trouvent à l’ouest du village, a été réalisé en 1958 en communauté avec les villages de Buschwiller et Folgensbourg.

De plusieurs restaurants, il en reste aujourd’hui un, l’auberge « Belle-Vue » dont la réputation n’est plus à faire.

La commune dispose également d’une CMDP et de quelques artisans touchant les domaines les plus variés, tels que la menuiserie, la cuisine, le chauffage, la fumisterie, le ramonage etc. L’absence de commerce alimentaire est compensée par des marchands ambulants.

Vous y trouvez également des associations diverses et variées pour pratiquer un sport, une activité culturelle ou tout simplement pour vous réunir pour être ensemble, pour échanger quelques mots ou partager quelques idées.

Le dynamisme de cette vie associative se concrétise par l’organisation de diverses manifestations, dont la plus importante est la fête du village, «le Heilafascht», qui se déroule l’avant-dernier dimanche du mois d’août.

Depuis plusieurs années, la commune s’emploie à l’amélioration du cadre de son village. Ainsi, avec la rénovation de son église, la construction d’une nouvelle CMDP, l’aménagement de la nouvelle mairie et dépôt des pompiers, l’aménagement de la place de l’église avec la fontaine des «Trois Vierges» et les aires de jeux, le centre du village offre aujourd’hui un aspect très sympathique.

Sans oublier l’effort des habitants qui, en rénovant et en embellissant leur maison, contribuent également à sauvegarder le charme du village.

Ainsi se présente Wentzwiller, un typique village sundgauvien.


Retour haut de page